Dislocation IV

__IMG_0027_v2

__IMG_0052_v2

dislocat1
These drawings represent destroyed buildings architect plans. The hand of the artist attached to a modified printer drew these plans. This destruction is it a planned project?

Ces dessins représentent des plans d’architecte de bâtiments détruits. La main de l’artiste attachée à une imprimante modifiée a dessiné ces plans. Cette destruction est-elle un projet planifié ?

« Tout borne l’homme, mais rien ne l’arrête. Il répliqua à la limite parl’enjambée. L’impossible est une frontière toujours reculante.

Une formation géologique qui a à sa base la boue du déluge et à sonsommet la neige éternelle est pour l’homme un mur comme un autre, il la perce, et passe outre. Il coupe un isthme, force un volcan, menuise une falaise, évideun gisement, met un promontoire en petits morceaux. Jadis il se donnait toutecette peine pour Xercès ; aujourd’hui, moins bête, il se la donne pour lui-même. Cette diminution de bêtise s’appelle le progrès. L’homme travaille à sa maison, etsa maison c’est la terre. Il dérange, déplace, supprime, abat ; rase, mine, sape, creuse, fouille, casse, pulvérise, efface cela abolit ceci, et reconstruit avec de ladestruction. Rien ne le fait hésiter, nulle masse, nul encombrement, nulle autoritéde la matière splendide, nulle majesté de la nature. Si les énormités de lacréation sont à sa portée, il les bat en brèche. Ce côté de Dieu qui peut êtreruiné le tente, et il monte à l’assaut de l’immensité, le marteau à la main, L’avenirverra peut-être mettre en démolition les Alpes. Globe, laisse faire la fourmi.

L’enfant, brisant son jouet, a l’air d’en chercher l’âme. L’homme aussisemble chercher l’âme de la terre. Pourtant, ne nous exagérons pas notrepuissance, quoi que l’homme fasse, les grandes lignes de la création persistent ; la masse suprême ne dépend point de l’homme. Il peut sur le détail, non surl’ensemble. Et il est bon que cela soit ainsi. Le Tout est providentiel. Les loispassent au-dessus de nous. »

Hugo – Les Travailleurs de la mer Tome I (1891)