infos

Email : contact@chatonsky.net

Curriculum vitæ
Portfolio

Facebook
Instagram
Twitter

Né en 1971 à Paris. Vit et travaille à Paris et Montréal.

Depuis le milieu des années 90, Grégory Chatonsky travaille sur le Web et principalement sur son affectivité le menant à questionner l’identité et les nouvelles narrations qui émergent du réseau.
À partir de 2001, il a commencé une longue série sur la dislocation, l’esthétique les ruines et l’extinction comme phénomène artificiel et naturel.
Au fil des années, il s’est tourné vers la capacité des machines à produire de façon quasi autonome des résultats qui ressemblent à une création humaine.
Ces problématiques sont devenues convergentes grâce à l’imagination artificielle qui utilise les données accumulées sur le Web comme matériau d’apprentissage afin de produire une ressemblance. Dans le contexte d’une extinction probable de l’espèce humaine, le réseau apparait comme une tentative désespérée pour créer un monument par anticipation qui continuerait après notre disparition.

Après des études d’arts plastiques, de philosophie à la Sorbonne et de multimédia à l’ENSBA, Grégory Chatonsky a développé un travail autour d’Internet moins considéré comme une technologie instrumentale que comme un médium à part entière. Il est l’auteur du CD-Rom “Mémoires de la déportation”, prix Mobius 1998, du site de la Villa Médicis, du Centre Pompidou 2000 et du Mac/Val en 2005. Il a collaboré avec des cinéastes comme Jean-Paul Civeyrac et Arnaud des Pallières et mène parallèlement une activité théorique.

Il a participé à de nombreuses expositions personnelles et collectives en France, au Canada et à l’étranger dont Terre Seconde (2019) au Palais de Tokyo, Je ressemblerai à ce que vous avez été (2019) aux Tanneries, France Electronique (2018) à Toulouse, Terre/mer/signal (2018) au Rua Red de Dublin, Imprimer le monde (2017) au Centre Pompidou, Capture : Submersion (2016) à Arts Santa Mònica Barcelone, La condition post-photographique à Montréal (2016), Walkers: Hollywood afterlives in art (2015) au Museum of the Moving Image de New York, Telofossils (2013) au Musée d’art contemporain de Taipei, Erreur d’impression (2012) au Jeu de Paume.

Il a été en résidence à la Cité Internationale des Arts (2019-2020), Icade (2018-2019), Abou Dhabi (2017), en Amazonie à Taluen (2017), Colab à Auckland (2016), Hangar à Barcelone (2016), IMAL (2015), Villa Kujoyama (2014), CdA Enghein-les-Bains (2013), MOCA Taipei (2012), 3331 Arts Chiyoda (2012), Xiyitang, Shanghai, (2011), Les Inclassables à Montréal (2003), Abbaye royale de Fontevraud (2002). Il a reçu le prix Audi Talents en 2018 et est résident à la Cité Internationale des Arts de Paris en 2019-2020.

Il a fondé en 1994 Incident.net, l’un des premiers collectifs de Netart en France. Il a été professeur-invité au Fresnoy (2004-2005), à l’UQAM (2007-2014), est récipiendaire d’une chaire internationale de recherche à l’Université de Paris VIII (2015). Il est depuis 2017 artiste-chercheur à l’ENS Ulm et dirige un séminaire de recherche sur l’imagination artificielle et l’esthétique postdigitale. En 2019-2020, il est responsable artistique d’une formation en recherche-création au sein d’Artec.

Born in 1971 in Paris, France. Lives and works in Paris and Montreal.

Since the mid-1990s, Gregory Chatonsky has been working on the Web and mainly on his affectivity, leading him to question the identity and new narratives that emerge from the network.
From 2001, he began a long series on dislocation, aesthetics of the ruins and extinction as an artificial and natural phenomenon.
Over the years, he has turned to the ability of machines to produce results that resemble a human creation in an almost autonomous way.
These issues have become convergent thanks to the “artificial imagination” that uses the data accumulated on the Web as learning material to produce a similarity. In the context of a probable extinction of the human species, the network appears as a desperate attempt to create a monument in anticipation that would continue after our disappearance.

Grégory Chatonsky has participated in numerous solo and group exhibitions in France, Canada and abroad, including Terre Seconde (2019) at Palais de Tokyo, Je ressemblerai à ce que vous avez été (2019) at Tanneries, France Electronique (2018) in Toulouse, Terre/mer/signal (2018) at Rua Red Dublin, Imprimer le monde (2017) at Centre Pompidou, Capture: Submersion (2016) at Arts Santa Mònica, La condition post-photographique (2016) at Montréal, Walkers: Hollywood afterlives in art (2015) at Museum of the Moving Image in New York, Telofossils (2013) at MOCA Taipei, Erreur d’impression (2012) at Jeu de Paume.

He has been in residence in Cité Internationale des Arts (2019-2020), Icade (2018-2019), Abu Dhabi (2017), Taluen in Amazonian forest (2017), Colab in Auckland (2016), Hangar in Barcelona (2016), IMAL (2015), Villa Kujoyama in Kyoto (2014), CdA Enghein-les-Bains (2013), MOCA Taipei (2012), 3331 Arts Chiyoda in Tokyo (2012), Xiyitang, Shanghai, (2011), Les Inclassables in Montréal (2003), Abbaye royale de Fontevraud (2002). He received the Audi Talents Award in 2018 and is a resident at the Cité Internationale des Arts in Paris in 2019-2020.

In 1994 he founded Incident.net, one of the first netart collectives. He has taught at Le Fresnoy (2004-2005), at UQAM (2007-2014) and is an artist-researcher at the École Normale Supérieure de Paris. In 2019-2020, he is artistic director of a research-creation program at Artec.