The same to come

Je collecte depuis des années des images trouvées sur le Web. Il y a là mes obsessions et ici une forme que je continue à chercher en filant le long du réseau. Je crois qu’il n’y a là rien de très original et que c’est une activité commune. Je regarde parfois ces images pour m’en inspirer, pour ressentir une texture, une couleur, une matière ou une forme. L’inspiration est indirecte, car elle ne s’attache à aucune image en particulier, mais à une collection, c’est-à-dire aux passages entre les images.

Tout se passe comme si j’avais accepté depuis longtemps une incapacité ou une vacuité historique à produire de nouvelles images et qu’il me fallait procéder à un choix postproductif, effectuant un montage, un séquençage d’images déjà données. Tout se passe comme si j’espérais, à travers cette collection, projeter une singularité, une forme, une couleur, une matière, une texture qui n’est dans aucune des images particulières, mais qui les traverse.

En fournissant à un réseau de neurones cette collection, j’espère peut-être que la synthèse inductive et statistique produira quelque chose qui n’est pas contenu dans la collection, mais qui s’en inspire, qui en saisit l’esprit ou le fantôme, le double ou le simulacre : média de média. La récursivité et la contingence.

« Ma » collection se poursuit, au-delà d’elle-même et de sa factualité pour ouvrir le possible. De ces souvenirs, il ne reste plus qu’une texture hésitante.

I have been collecting images found on the web for years. I believe that there is nothing very original in this and that it is I have been collecting images found on the Web for years. There are my obsessions and here a form that I continue to search for while spinning along the Web. I believe that there is nothing very original in this and that it is a common activity. I sometimes look at these images for inspiration, to feel a texture, a color, a material or a shape. The inspiration is indirect, because it is not attached to any particular image, but to a collection, that is to say to the passages between the images.

Everything happens as if I had accepted a long time ago an incapacity or a historical vacuity to produce new images and that I had to proceed to a post-productive choice, making a montage, a sequencing of already given images. It is as if I hoped, through this collection, to project a singularity, a form, a color, a material, a texture that is not in any of the particular images, but that crosses them.

By providing a neural network with this collection, I hope perhaps that the inductive and statistical synthesis will produce something that is not contained in the collection, but that is inspired by it, that captures its spirit or ghost, its double or simulacrum : media of meia. Recursivity and contingency.

« My » collection continues, beyond itself and its factuality to open the possible. Of these memories, only a hesitant texture remains.