La résurrection qui vient – Ecosystème 3

Dans ce texte, Grégory Chatonsky, déploie les possibilités discursives d’une installation exposée au Palais de Tokyo à Paris en été 2019. Partant de la situation critique de l’anthropocène, il développe une relation entre les réseaux de neurones de l’intelligence artificielle et l’extinction. Décrivant l’IA comme une volonté de préserver l’humanité au-delà de sa limite, la résurrection prend une signification qui n’est plus simplement théologique. Le texte alterne l’écriture de l’auteur et celle de GPT-2.