Telofossils III – Wuhan

The Wuhan History Museum is one of the most famous in China and includes the tomb of Marquis Yi dating back more than 2400 years.

I was asked to intervene in the rooms of the museum and I decided to infiltrate it by producing pieces that could appear to the public as archaeological with the « Telofossils » project.

However, archaeology is here in the future since it is about fossilizing our present by proposing to the spectators to travel an Earth where the human species would be extinct. The last traces of the human species correspond to our time. The works of art are the residual traces of machines that continue to function without us.

Living species born and die. We are a living species. We will disappear. Because of the pollution, a meteor, illness, anything that we have no idea. We can not predict it, but we know. We will disappear and no one will think our demise. Earth return dumb and beneath its surface billions of fossils, all these industrial objects we have products that no longer serve anyone. Meanwhile, we continue to memorize everything we do: we take photographs, we consult our phone, we’re on the Internet and machine record our actions, we fall in love and we separate, we are always looking for something. We now want to forget anything because we know we are going to disappear.

Le musée d’Histoire de Wuhan est l’un des plus célèbres de Chine et comporte le tombeau du Marquis Yi datant de plus de 2400 ans.

On m’a demandé d’intervenir dans les salles du musée et j’ai décidé de l’infiltrer en produisant des pièces pouvant apparaître aux yeux du public comme archéologiques avec le projet « Télofossiles ».

Toutefois, l’archéologie est ici au futur puisqu’il s’agit de fossiliser notre présent en proposant aux spectateurs de parcourir une Terre où l’espèce humaine ce serait éteinte. Les dernières traces de celle-ci correspondent à notre époque. Les oeuvres d’art sont les traces résiduelles de machines qui continuent à fonctionner sans nous.

Les espèces vivantes naissent et meurent. Nous sommes un espèce vivante. Nous disparaîtrons. À cause de la pollution, d’un météore, d’une maladie, de n’importe quoi dont nous n’avons aucune idée. Nous ne pouvons pas le prévoir, mais nous le savons. Nous disparaîtrons et personne ne pensera notre disparition. La Terre reviendra muette et sous sa surface des milliards de fossiles, tous ces objets industriels que nous avons produits et qui ne serviront plus à personne. En attendant, nous ne cessons de mémoriser tout ce que nous faisons : nous prenons des photographies, nous consultons notre téléphone, nous allons sur Internet et les machines enregistrent nos actes, nous aimons et nous nous séparons, nous cherchons toujours quelque chose. Nous ne voulons à présent plus rien oublier parce que nous savons que nous allons disparaître.