À rebours

Permanent installation in the library of the Ecole Normale Supérieure de Paris.

The artist Grégory Chatonsky has digitized fragments of the ENS library. The imperfections and glitches of this digitization produce a paradoxical archeology where current technologies make possible to imagine the disappearance of places and functions. The probable future is revealed as « awfully old ».
A program walks untiringly and randomly in these spaces and tries to exhaust. Perception will never be able to synchronize with the time necessary for this possible totality.
The library of the school is immersed in a tension between the conservation guaranteeing its immunity and its disappearance. What is the role of conservation sites in the era of mass data? Does not the memorization of the facts and gestures of the anonymous modify the historicity itself? How to anticipate the work of historians to come up ?

Installation permanente dans la bibliothèque de l’Ecole Normale Supérieure de Paris.

L’artiste Grégory Chatonsky a numérisé des fragments de la bibliothèque de l’ENS. Les imperfections et glitches de cette numérisation produisent une archéologie paradoxale où des technologies actuelles permettent d’imaginer la disparition des lieux et des fonctions. L’avenir probable s’y révèle comme « affreusement ancien ».
Un programme se promène inlassablement et de façon aléatoire dans ces espaces qu’il tente d’épuiser. La perception ne pourra jamais se synchroniser au temps nécessaire à cette possible totalité.
La bibliothèque de l’école est plongée dans une tension entre la conservation garantissant son immunité et sa disparition. Quel est le rôle des lieux de conservation à l’époque des données massives ? La mémorisation des faits et gestes des anonymes ne modifie-t-elle pas l’historicité elle-même ? Comment anticiper le travail des historiens à venir ?