La leçon des images : parmi les flux – Beaubourg

Intervention au Centre Pompidou le 24/01/2022 dans le cadre d’Hors Pistes.

« Jeudi 20 janvier, Tristan Garcia a proposé, avec la clarté des tracés qu’on lui connaît, une théorie du vieillissement des images. Il faudrait selon lui éviter un double écueil : faire des images des idéalités dont le support matériel serait strictement accidentel et les réduire à leur matériel, à être des imagements, c.-à-d. des processus, un flux continuel adhérant au temps. Le numérique en serait la forme avancée.

Cet écueil fut présenté, comme c’est souvent le cas chez Garcia, selon une structure dialectique et tragique, pour ainsi dire irrésolue : on ne saurait échapper à ces polarités entre l’idée et la matière, de sorte qu’il faudrait tenir les deux à la fois dans un équilibre précaire, dans une promesse jamais tenue et tout à la fois indispensable.

Au regard de l’installation que j’expose ici et qui consiste en une interminable conférence, sans but et à la limite de la signification qui bouleverse les synthèses narratives, c’est bien sûr la manière dont le flux a été approché qui a attiré mon attention. Il en va de raisons historiques et conceptuelles que je ne pourrais ici qu’effleurer, mais aussi esthétiques et, disons même artistiques et sur ce plan que mon propos se déploiera par une navigation mentale. Je produis des images interminables depuis une vingtaine d’années, cherchant à déborder le regardeur, à faire en sorte qu’il y ait un reste à la perception, un non perçu, quelque chose qui se refuse. Ces images sont toujours les mêmes et un peu différentes. On ne les verra qu’une fois… »

Plus sur les flux : http://chatonsky.net/flux-lures/