Flaws and perspectives of the notion of artificial imagination / Failles et perspectives de la notion d’imagination artificielle

Why use the notion of artificial imagination?

The terminology battle seems endless on this battlefield as on so many others. With each new technology comes new words and minds at odds with each other that want to impose their terminology on others even if it does not meet their needs.

For several years, I have been using the term « artificial imagination » for several reasons. Firstly, it corresponds word for word to the concept of artificial intelligence which is in common use. It is like a wink to the fantasy of an automated intelligence made by an artist whose main faculty is imagination.

It is still necessary to try to define imagination, because there are several kinds of it and even if the concept seems at first sight very important in the tradition, there is finally a limited bibliography on this subject (I have developed elsewhere the question of the place of imagination in the CPR, Kant) even if the cognitive sciences have been attached to it for a few years (but in a context which seems to me hardly usable for reasons which I will explain elsewhere).

The first imagination is evocative. It is about bringing absent things back to the presence mentally. Each of us experiences this through the recollection that we sometimes like to handle internally as if to respond to a passing reality that seems to crumble as our life progresses.

The second imagination will be called the imagination of possibilities. It is about mentally imagining images of things that do not exist and that could, according to a different degree of possibility, be. Thus, I believe that each of us imagines possible lives or alternative versions of events that we have experienced. The credibility of these possibilities varies according to a degree defined by mimicry of what actually happened.

But artificial imagination is not about either of these two mental imaginations. It concerns specifically the possibility of producing images on a material support, whatever its nature. If some people suppose a relation between the three imaginations, the first two which are mental and the last which is material, this is not self-evident and it is more economical not to suppose it and to keep the material imagination as a specific faculty.

The choice of this specificity is of great importance, because many debates on artificial imagination assume that material images are the embodiment of a mental imagination. It would be the artist who would have images inside him and who would have the technical means to externalize this image or to express it. But many elements of the history of art prove that this expression is uncertain because external, random, accidental, non-human phenomena can also intervene in the production of images.

Artificial imagination does not mean that the cognitive faculty of imagining becomes automated (although Gallant’s research proves that it can be automated), but rather that there is an automation in the faculty of producing a material image. What is automated in mental imaginations is their mapping. Indeed, we are too quick to be fascinated by the images produced by artificial imagination and not to see that when they use texts, as in the case of Dall-e, Mid-Journey or Stable Diffusion, this produces the first worldwide mapping of human imaginations. Indeed, there are millions of texts by people who wanted to produce images, that is to say who believed that the material production of images was the fruit of the expression of an interiority whose interface was a text. How can we not see that this cartography follows three decades of intensive existential cartography on the Web that has accelerated with social networks.

The ambition of the artificial imagination is therefore very limited. It is not at all a matter of believing that software has mental representations of absent things or of possible things, but simply that software can produce an image that looks like other images, but that never existed before its production.

It is hard not to see this as a new form of aesthetic realism. Aesthetic realism may seem like a contradictory formula, but it is to distinguish philosophical realism from artistic realism, that is to say, from the material supports of cultural objects that configure our relation to reality. If the realism was mainly the photorealism since the industrial revolution, we see appearing a new configuration which feeds on photography, but which is not any more in spite of the apparent resemblance.

Artificial imagination is an imperfect and questionable term, but it has the merit of offering several tracks. We can underline that it superimposes several complementary meanings whose articulation opens the problematization:

  • A technique endowed with a know-how of imagination, imagination understood as production of images.
  • The way human beings imagine the artificial because this production process is linked upstream and downstream with human beings who interpret it, influence it and are influenced by it.
  • A hyperstional mise en abyme of AI (what if it’s all imaginary?) because given this constant relationship, we are not sure what these artificial imaginations produce and what, in return, we can conceive. It’s not just that we doubt the skills and faculties of software, it’s that they hold up a dark mirror to us that makes us doubt ourselves and our abilities.

Pourquoi utiliser la notion d’imagination artificielle ?

La bataille terminologique semble sans fin sur ce champ de bataille comme sur tant d’autres. À chaque technologie de nouveaux mots et des esprits en désaccord les uns avec les autres qui souhaitent imposer leur terminologie aux autres même si celle-ci ne répond pas à leurs besoins.

Depuis plusieurs années, j’utilise le vocable d’imagination artificielle car celui-ci répond mot pour mot au concept d’intelligence artificielle qui est d’usage courant. Il est comme un clin d’œil au fantasme d’une intelligence automatisée fait par un artiste dont la faculté principale est l’imagination.

Encore faut-il tenter de définir l’imagination, car il en existe de plusieurs sortes et même si le concept semble au premier abord majeur dans la tradition, il existe finalement une bibliographie limitée à ce sujet (j’ai développé ailleurs la question de la place de l’imagination dans la CRP, Kant) même si les sciences cognitives s’y sont attachées depuis quelques années (mais dans un contexte qui me semble difficilement utilisable pour des raisons que j’expliquerai ailleurs).

La première imagination est d’évocation. Il s’agit de ramener mentalement à la présence de choses absentes. Chacun d’entre nous en fait l’expérience par la remémoration que nous aimons parfois manier intérieurement comme pour répondre à une réalité qui passe et qui semble s’effriter à mesure que notre vie se déroule. La perception est en amont de l’imagination.

La seconde imagination sera dite des possibles ou spéculative. Il s’agit d’imaginer mentalement des images de choses qui n’existent pas et qui pourraient, selon un degré divers de possibilités, être. Ainsi, nous imaginons des vies possibles ou des versions alternatives des événements que nous avons vécus. La crédibilité de ces possibilités est variable selon un degré défini par le mimétisme par rapport à ce qui s’est effectivement déroulé.

Mais l’imagination artificielle ne concerne aucune de ces deux imaginations mentales. Elle concerne spécifiquement la possibilité de produire des images sur un support matériel, quel que soit la nature de celui-ci. Elles n’est pas une faculté au sens kantien mais un savoir-faire. Si certains supposent une relation entre les trois imaginations, les deux premières qui sont mentales et la dernière qui est matérielle, ceci ne va pas de soi et il est plus économe de ne pas le présupposer et de garder l’imagination matérielle comme une faculté spécifique.

Il y a dans le choix de cette spécificité une importance, car nombre de débats sur l’imagination artificielle supposent que les images matérielles sont l’incarnation d’une imagination mentale et d’une intériorité. Ce serait l’artiste qui aurait des images à l’intérieur de lui et qui aurait les moyens techniques pour extérioriser cette image ou pour l’exprimer. Or de nombreux éléments de l’histoire de l’art prouvent que cette expression est incertaine parce que des phénomènes extérieurs, aléatoires, accidentels, non humains peuvent aussi intervenir dans la production des images.

L’imagination artificielle ne veut pas dire que la faculté cognitive d’imaginer devient automatisée (bien que les recherches de Gallant prouvent qu’elle peut être automatisable), mais plutôt qu’il y a une automatisation du savoir-faire de produire une image matérielle. Ce qui est automatisé dans les imaginations mentales c’est au second degré leur cartographie. En effet, on a vite fait d’être fasciné par les images produites par l’imagination artificielle et ne pas voir que quand celles-ci utilisent des textes, comme c’est dans le cas de Dall-e, Mid-Journey ou Stable Diffusion, ceci produit la première cartographie mondiale des imaginations humaines. En effet, il existe des millions de textes de gens qui ont voulu produire des images, c’est-à-dire qui ont cru que la production matérielle des images était le fruit de l’expression d’une intériorité dont l’interface était un texte. Comment ne pas voir que cette cartographie prend la suite de trois décennies de cartographie existentielle intensive sur le Web qui s’est accélérée avec les réseaux sociaux et est une nouvelle étape de l’Arraisonnement?

L’ambition de l’imagination artificielle est donc limitée. Il ne s’agit aucunement de croire qu’un logiciel a des représentations mentales de choses absentes ou de choses possibles, mais simplement qu’il peut produire une image qui ressemble à d’autres images qui n’a jamais existé avant sa production.

Il est difficile de ne pas concevoir cela comme une nouvelle forme de réalisme esthétique. Le réalisme esthétique peut sembler une formule contradictoire, mais c’est pour distinguer le réalisme philosophique du réalisme artistique, c’est-à-dire des supports matériels d’objets culturels qui configurent notre relation à la réalité. Si le réalisme était principalement le photoréalisme depuis la révolution industrielle, nous voyons apparaître une nouvelle configuration qui s’alimente de photographie, mais qui n’en est plus malgré l’apparente ressemblance.

L’imagination artificielle est un terme imparfait et contestable, mais il a le mérite d’offrir plusieurs pistes. On peut souligner qu’il superpose différentes significations complémentaires dont l’articulation ouvre la problématisation :

– Une technique dotée d’un savoir-faire d’imagination, l’imagination comprise comme production d’images.
– La manière dont les êtres humains imaginent l’artificiel car ce processus de production est lié en amont et en aval avec des êtres humains qui l’interprétent, l’influencent et sont influencés par lui.
– Une mise en abîme hyperstionnelle de l’IA (et si tout cela était imaginaire ?) car étant donné cette relation constante, nous ne sommes pas sûr de ce que produisent ces imaginations artificielles et ce que, en retour, nous pouvons concevoir. Ce n’est pas seulement que nous doutons des savoir-faire et des facultés des logiciels, c’est qu’ils nous tendant un miroir noir qui nous fait douter de nous-mêmes et de nos capacités.