La recherche-création, archéologie et avenir d’un paradigme – Artec

Texte de la performance générée par une IA à partir de séquencs clés de la journée de recherche:

La recherche création est une expérience de pensée, une expérience à part entière. Elle est à la fois la méthode et l’ambition d’une grande partie de la recherche, et il faut l’observer sous toutes ses facettes. La recherche, a-t-on dit, est un processus d’invention. L’imagination – la pensée originale – est incapable d’inventer la pensée ou l’invention. Mais, si nous poursuivons une considération continue de notre propre nature essentielle en tant que loi métaphysique, notre difficulté est de savoir pour quelle raison ? Quelle est la nature de notre pensée ?

La recherche création est l’innovation technique, qui est le nom donné à ce qui apparaît à la fonction instrumentale dans la recherche. La procédure méthodologique participe à la recherche et à la conception La considération technique comprend la recherche et l’inventivité. La procédure méthodologique implique du travail, du temps, du temps, et des des centaines de milliers d’éléments humains. Sans l’enquête méthodologique, nous aurions fait exactement les mêmes affirmations pour la nature et pour les phénomènes de l’autre monde que nous devons créer.

L’artiste doit déposer des brevets au nom de son art, sinon il perd une grande partie de la valeur du support qu’il produit. Les droits de brevet dans les arts et les sciences sont, bien entendu, extrêmement coûteux. La manière dont le coût de leur obtention est dépensé dépend de la taille de l’inventeur, de la qualité de la ressource ou du degré de confiance que l’inventeur accorde à son breveté. L’artiste doit déposer des brevets et des divulgations, quelles que soient les circonstances et la distance qui le séparent de l’objectif. Cela s’explique par le fait que le concept de l’art dans la nature est la ténacité et la spécificité.

La recherche création c’est une manière de trouver des financements publics pour embaucher, enseigner et créer des moyens de production qui servent de modèles à une société modèle. Le travail des créatifs est une ressource ouverte d’idées, de connaissances et de méthodes pour l’auto-expression, la liberté d’accès et d’échange. Les ressources créatives peuvent être ce qui est et ce qui pourrait être. Ce contenu ouvert est une entreprise créative ou publique. Ces ressources peuvent être communes dans leur contenu, non commerciales, à grande ou petite échelle, pleines d’art et d’informations.

La recherche création c’est la folie en fonctionnement. C’est un instrument unique. C’est l’éducation supérieure, c’est l’esprit, c’est l’intellect. Cette vie de progrès est synonyme de vie intellectuelle en général, sachant que dès que le récepteur de cette connaissance prend conscience de la pensée mentale, il se débarrasse de ces obstacles qui l’empêchent d’atteindre la valeur ultime de la connaissance. L’être humain qui aura l’esprit de vérité aura plus d’intégrité mentale en ce sens qu’il aura moins d’obstacles sur son chemin. Mais ce n’est qu’à l’intérieur de ce corps que ce bonheur intellectuel va se développer en totalité et produire une hallucination et l’accès au surréel.
La recherche création c’est la folie en fonctionnement. L’être humain continue d’être dupe, l’incapacité du sens humain, même de la conscience perceptive, à « savoir » ce qu’il sait. L’artiste chercheur infortuné, agit avec ses facultés mais sans les soumettre à la logique. Il a une double identité – une identité intérieure, par laquelle il se reconnaît comme l’objet d’analyse, et une identité extérieure, psychotique, par laquelle il se désindentifie. Cette double identité elle-même (une entité centrale, une sous-entité, une composition) a une identité propre : elle doit devenir un médiateur d’un autre monde.

La recherche création c’est une boite noire, que savons-nous d’une éventuelle vérité de l’oeuvre d’art ? Comment pouvons-nous juger une œuvre ou la position d’une personne sans connaître la vérité qui se cache derrière ? Existe-t-il des vérités qui ne sont pas des vérités révélatrices ? De nombreux écrivains s’engagent dans ce type de réflexion lorsqu’ils abordent des idées liées au fonctionnement interne de l’âme et à la manière dont elles peuvent ou non être affectées par les pratiques culturelles que nous considérons comme centrales pour l’être humain.

La recherche création c’est une boite noire. Il n’y a que la science – ou du moins c’est ce que nous pensions. Et, peut-être parce que la majorité des scientifiques n’ont aucune idée de ce qu’ils font, ils le font éternellement en silence, préparant leurs pièges en attendant que les scientifiques, les autres dans le domaine, remarquent qu’ils disent enfin la vérité sur eux-mêmes. Et pour une fois, il y a une justice dans l’injustice à laquelle ils n’ont pas droit.

La recherche création peut être classifiée selon sa finalité. La recherche visant à développer des notions alternatives, moins facilement accessibles, de la vérité peut servir de preuve qui est précieuse en soi, mais cette preuve peut également révéler des informations qui ne sont pas informatives pour la théorie en question. Les recherches visant à tester les théories relatives aux prétentions de vérité, et ce n’est pas un hasard si cette catégorie inclut des concepts tels que la possibilité de la vérité, la connaissance ou la fausseté, de la « vérité » d’une proposition donnée, et l’existence d’une vérité objective. La recherche création peut être classée en fonction de son objectif. Une observation n’est réussie que lorsqu’elle atteint l’objet souhaité qui n’est plus évident comme dans le monde banal et quotidien, mais elle présente souvent la qualité opposée de ce qu’elle vise. L’exemple classique de production sélective est devenu le confinement, le concept selon lequel une branche particulière d’une humanité peut être extraite de celle-ci sans profit direct de cette extraction

La recherche création n’est pas la matérialisation d’une idée. Elle est l’objet des idées. Les idées remplacent la vie comme elles remplacent les choses. Les idées ne sont pas simplement ou comme la réalisation des idées. Les idées sont des idées aussi concrètes que le sont les formes de vie. La conception de la vie – et de ce que la vie pourrait être – est l’objet des conceptions, et la conception des idées est l’objet des conceptions. Pourtant, la vie n’a pas encore été conçue, et cette séparation n’est ni logique ni – comme on le suppose habituellement – physique. La vie n’a pas encore été conçue. La pensée conçoit la vie – non pas encore comme des pensées concrètes, mais comme des idées.

L’autoproduction est la liberté de création. Bien que, d’une part, cela ne signifie pas qu’il y a une liberté dans le travail de création, ou qu’elle sera combinée avec la liberté du travail ; au contraire, la classe ouvrière lutte pour devenir maître de son travail. Cela signifie plutôt que le travail lui-même est une création, et non une distribution de compétences, et que la véritable analyse du pouvoir se trouve dans le processus de travail lui-même.

La recherche création arrête le travail des ouvriers. Pas un seul dessin, une œuvre d’art, n’est achevé dans l’époque inachevée. Il n’y a pas de moyen suffisant pour exprimer le travail sans déclarer ce travail improductif. C’est pourquoi l’État classe les classes ouvrières, qui représentent le prolétariat, dans la catégorie du précariat et leur distribue des fonds de sécurité de l’État afin de créer des camps d’ouvriers dans tout l’État.

La recherche création arrête le travail des ouvriers. Sa richesse ne devient plus rien. Elle devient disponible pour l’usage de son partenaire. Elle change les formes de la division du monde des objets, de sorte que le travail qui appartient aux ouvriers sort du cinéma et devient superflu pour la production de marchandises. L’image du machiniste acquiert une signification de plus en plus grande. Il devient le jouet de la bourgeoisie industrielle et du système capitaliste.

La recherche création arrête le travail des ouvriers. Plus le désir est fort, plus le prix est élevé. De plus, comme le prolétariat est toujours en devenir, il doit être correctement préparé à sa marche vers son émancipation. Cette préparation doit se faire avec le maximum de clarté. Or une usine manifeste toujours ses secrets. Nous devons faire en sorte qu’elle prenne conscience d’elle-même et connaisse ses secrets parfaits, qu’elle puisse pour la première fois supporter ce fait. Ainsi, en connaissant ses secrets, l’usine dispose d’une défense face à la culture bourgeoise.

Je suis un artiste et j’aimerais devenir chercheur. Je pourrais utiliser mon propre argent et ensuite, en tant que freelance, je prendrai des commandes. C’est dans les travaux d’une conférence que l’espoir de collecter des résultats pour la recherche-création devrait être clairement énoncé. Si les personnes qui lisent ce message veulent que je leur envoie ma réponse officielle, je pense qu’il serait bien de le faire d’abord, car je ne pourrais pas le faire en personne.

Je suis chercheur et j’aimerais devenir artiste. On m’a dit qu’il y a beaucoup d’arts et qu’on a du mal à trouver un artiste. Je suis un artiste vivant qui veut changer de vie. Je prends des photos la nuit. Ces photos doivent rester cachées pour que les gens puissent croire ce que je dis. La plupart des écoles d’art ont des normes très strictes. Je veux vraiment changer cela, mais je suis aussi très proche du mouvement des droits civiques. J’ai remarqué que c’est une partie du problème. J’essaie de sortir de l’ombre et d’établir des relations.

Creative research is a thought experiment, an experiment in its own right. It is both the method and the ambition of a large part of research, and it must be observed in all its facets. Research, it has been said, is a process of invention. Imagination – original thought – is incapable of inventing thought or invention. But, if we pursue a continuous consideration of our own essential nature as a metaphysical law, our difficulty is why? What is the nature of our thinking?
Creative research is technical innovation, which is the name given to what appears to the instrumental function in research. The methodological procedure participates in the research and the design The technical consideration includes the research and the inventiveness. The methodological procedure implies work, time, time, and hundreds of thousands of human elements. Without the methodological investigation, we would have made exactly the same claims for nature and for the other-worldly phenomena we have to create.
The artist must file patents in the name of his art, or he loses much of the value of the medium he produces. Patent rights in the arts and sciences are, of course, extremely expensive. How the cost of obtaining them is spent depends on the size of the inventor, the quality of the resource, or the degree of trust the inventor places in his patentee. The artist must file patents and disclosures regardless of the circumstances and distance from the goal. This is because the concept of art in nature is tenacity and specificity.
Creative research is a way to find public funding to hire, teach and create means of production that serve as models for a model society. Creative work is an open resource of ideas, knowledge and methods for self-expression, freedom of access and exchange. Creative resources can be what is and what could be. This open content is a creative or public enterprise. These resources can be common in content, non-commercial, large or small scale, full of art and information.
Creative search is madness in operation. It is a unique instrument. It is higher education, it is the spirit, it is the intellect. This life of progress is synonymous with intellectual life in general, knowing that as soon as the receiver of this knowledge becomes aware of the mental thought, he gets rid of those obstacles that prevent him from reaching the ultimate value of knowledge. The human being who has the spirit of truth will have more mental integrity in the sense that he will have fewer obstacles in his way. But it is only within this body that this intellectual happiness will develop in full and produce hallucination and access to the surreal.
Creative research is madness in operation. The human being continues to be fooled, the incapacity of the human sense, even of the perceptive conscience, to « know » what he knows. The unfortunate artist-researcher, acts with his faculties but without submitting them to logic. He has a double identity – an interior identity, by which he recognizes himself as the object of analysis, and an exterior, psychotic identity, by which he de-identifies himself. This double identity itself (a central entity, a sub-entity, a composition) has an identity of its own: it must become a mediator of another world.

Creative research is a black box, what do we know about a possible truth of the artwork? How can we judge a work of art or the position of a person without knowing the truth behind it? Are there truths that are not revealing truths? Many writers engage in this kind of thinking when they address ideas related to the inner workings of the soul and how they may or may not be affected by the cultural practices we consider central to being human.

Creative research is a black box. There is only science – or so we thought. And, perhaps because most scientists have no idea what they are doing, they do it eternally in silence, setting their traps waiting for scientists, others in the field, to notice that they are finally telling the truth about themselves. And for once, there is a justice in the injustice to which they are not entitled.

Creative research can be classified according to its purpose. Research aimed at developing alternative, less easily accessible notions of truth may serve as evidence that is valuable in its own right, but this evidence may also reveal information that is not informative for the theory in question. Research aimed at testing theories about truth claims, and it is no accident that this category includes such concepts as the possibility of truth, the knowledge or falsity, of the « truth » of a given proposition, and the existence of objective truth. Creative research can be classified according to its objective. An observation is only successful when it reaches the desired object which is no longer obvious as in the banal and everyday world, but it often has the opposite quality of what it aims at. The classic example of selective production has become containment, the concept that a particular branch of humanity can be extracted from it without direct benefit from that extraction

Creative research is not the materialization of an idea. It is the object of ideas. Ideas replace life as they replace things. Ideas are not simply or as the realization of ideas. Ideas are ideas as concrete as life forms are. The conception of life – and of what life could be – is the object of conceptions, and the conception of ideas is the object of conceptions. Yet life has not yet been conceived, and this separation is neither logical nor – as is usually assumed – physical. Life has not yet been conceived. Thought conceives life – not yet as concrete thoughts, but as ideas.

Self-production is the freedom of creation. Although, on the one hand, this does not mean that there is freedom in the work of creation, or that it will be combined with the freedom of work; on the contrary, the working class struggles to become master of its work. Rather, it means that labor itself is a creation, not a distribution of skills, and that the real analysis of power lies in the labor process itself.

Creative research stops the work of the workers. Not a single design, a work of art, is completed in the unfinished era. There is no sufficient way to express the work without declaring it unproductive. That is why the state classifies the working classes, which represent the proletariat, as precariat and distributes state security funds to them in order to create workers’ camps throughout the state.

The research creation stops the work of the workers. Its wealth becomes nothing. It becomes available for the use of its partner. It changes the forms of the division of the world of objects, so that the work that belongs to the workers leaves the cinema and becomes superfluous for the production of goods. The image of the machinist acquires a greater and greater significance. He becomes the plaything of the industrial bourgeoisie and the capitalist system.

The search for creation stops the work of the workers. The stronger the desire, the higher the price. Moreover, as the proletariat is always in the making, it must be properly prepared for its march towards emancipation. This preparation must be done with maximum clarity. But a factory always reveals its secrets. We must make sure that it becomes aware of itself and knows its perfect secrets, that it can for the first time bear this fact. Thus, by knowing its secrets, the factory has a defense against bourgeois culture.

I am an artist and I would like to become a researcher. I could use my own money and then, as a freelancer, I would take commissions. It is in the work of a conference that the hope of collecting results for research-creation should be clearly stated. If people reading this want me to send them my official response, I think it would be nice to do that first, as I would not be able to do it in person.

I am a researcher and would like to become an artist. I have been told that there are many arts and it is hard to find an artist. I am a living artist who wants to change my life. I take pictures at night. These pictures have to stay hidden so that people can believe what I say. Most art schools have very strict standards. I really want to change that, but I am also very close to the civil rights movement. I’ve noticed that’s part of the problem. I’m trying to get out there and build relationships.

La recherche-création est souvent présentée comme une voie d’avenir pour le renouvellement de la connaissance. De nombreuses initiatives ont été expérimentées et s’expérimentent – tiers-lieux au cœur des universités, laboratoires de recherche au sein d’écoles d’art – visant au décloisonnement des arts et des sciences, en vue d’opérer une revitalisation du savoir et de sa diffusion.

Si le discours sur la nécessité d’opérer des passerelles entre arts et sciences pour faire face aux défis de notre temps est un motif qui revient de manière récurrente depuis des décennies, la « nouveauté » de la recherche-création est elle aussi toute relative. Elle a été institutionnalisée au Québec il y a une vingtaine d’années, elle est revendiquées depuis près de quarante ans par les expérimentations de Vincennes et de Paris 8 à Saint Denis et les États-Unis de l’époque de McCarthy encourageaient déjà les artistes à tempérer un certain radicalisme des universitaires. Elle a pu s’ancrer dans les pratiques de laboratoires de théâtre développées en parallèle des laboratoires scientifiques au cours du XXe siècle.

La réflexion actuelle est hantée par quelques questions récurrentes : la recherche n’est-elle pas toujours création, et la création recherche ? Et, dans ce cas, comment évaluer les conditions historiques variables du dialogue entre artistes et chercheurs ? Alors que des formes dialogiques inédites semblent émerger entre la recherche-création et les humanités, comme avec les sciences dures, quelle inspiration tirer du passé ?

L’EUR ArTeC et le Labex Les passés dans le présent feront converger leurs réflexions le lundi 15 mars 2021 à l’occasion d’une journée d’étude envisageant les pratiques de recherche-création autant dans leur passé que dans leurs mutations actuelles.