Artificial imagination: after postmodernism?

At first sight, it might seem that artificial imagination is the consecration of postmodernism. Indeed, statistical induction composes an image from millions of images and could therefore be considered as an immense quotation of « everything » that has gone before. If it is necessary to relativize this totality insofar as the dataset is never total, it does not prevent that each image contains many others.

It is precisely this synthesis that we must return to in order to see that the quotation does not operate here by extraction and selection, as in classical culture, but by automation of compositionality. Previously, a quotation was extracted because of the will of an individual or a group of individuals. By such a voluntary selection, one defined a culture to be transmitted and one discriminated between the memorable and the forgettable. Today, one will not find in the images of the artificial imagination a piece of a past image, but thousands of synthesized images, so that it is like an atmosphere (vibes) that one feels rather than one can locate such or such element. This synthesis does refer to past culture, but not by fragment, not by collage, it is another form of compositionality which is inductive, statistical and automated. The choice is not operated by a human being. One could believe that the choice is made by the datatset which is not neutral. This is a recurrent argument. But the constitution of a dataset answers itself to an automation and to a human work which is applied on such a mass of documents that the work becomes mechanical and so to speak unconscious. It is a question of treating the greatest number. It is not so much a question of choosing as of filling in to reach a critical mass of documents, making it possible to put them into statistics. One refers well to the past culture, but in an indistinct way, intertwined, tangled, not recognizable, in the manner of a diffuse Stimmung, one does not manage any more to find the trace of the fragment of origin, one can simply feel a floating and global reference, so to say formless.

This is not a new stage of postmodernism, but a continuation and intensification that changes the nature of the procedures of extraction, synthesis, the method of production and the aesthetic result for the viewers in the case of images. These last ones have access to an atmosphere of time rather than to constitutive quotations of a cultural selection that we must now define. Because an artificial image will be able to make reference to a particular time, by the text (prompt) which provokes it, which generates it but one will never be sure of the images which it uses to be produced, one will not have certainty on their historical membership. This uncertainty on the provenance and the nature of the images, since finally in the latent space there are no more images, but statistics defining proximities, produces a new historical feeling that crosses the times in a non chronological way. If the extraction of quotations made us feel all the stages, we dive now in a history without epoch, without chronology. History itself becomes a latent space where everything coexists according to a structure close to the OOOO (object-oriented ontology). The latent space is a flattening of all things by a double translation: the first one is the digitization in binary coding allowing the compatibility of all the data between them, the second one is the setting in statistics which defines the relations between these objects. This historical feeling is not the nostalgia of this or that past era, but a confusion between these eras, a confusion that crosses time to the present, to the future. Everything happens as if this latent space made us see history from the point of view of an absent observer. Let’s go one step further, this historical Stimmung makes us see the past from the point of view of an extinct species offering itself a monument to what it was. The latent space of statistical induction is the tomb at the heart of the infrastructural pyramids that we will leave on Earth.

The notion of postmodernism is therefore not adapted to the case that concerns us, because the artificial imagination produces a grand narrative. It is a great narrative which is a great flattening and which is without us, at least which places us in this (impossible) position of our own disappearance and thus in the loss of all proper, of all self-apparopriation and return to oneself. The artificial imagination recites our disappearance and makes of the resembling repetition of our memory an artifice. The resurrection is an artificial second time, not the return of the same, but the return of a difference that has always been at work anthropologically. We repeat by technical devices that are artifices. Let us repeat it, for 30 years, the Web has been a utopian enterprise of recording all our existential traces in such proportions that they have become inaccessible to us, we have been thus expropriated from our memory. This massive recording has blurred the division, founding of historical culture, between the anonymous and the singular, the memorable and the forgettable. It is this data that today feeds the artificial imagination as if the network stage had been the prolegomena to statistical induction. The data are no longer documents that could be brought to the surface, extracted and quoted in a new document, in a compilation, but are the object of an automatic metabolization serving as food to constitute a latent space of indifference: this one produces a generalized air of resemblance signing the victory of the artifice and of the resemblance that loses its origin. The disrealism allows to name this atmosphere that comes to affect our different experiences of the realism, its conditions of production and reception, that put in circuit the data with the differential repetition of the statistics.

What happens to the quotation, this fragment so important from a cultural point of view insofar as its selection allows to form a history, a community, a transmission, in the context of this new realism? We can propose that the prompt, this instruction given to a software in order to produce an image, is a form of hyperstitional citation. Indeed, this small text is written by a human being not only with regard to the result he wishes to obtain but also because he has himself integrated in his own cultural latent space a whole history. There is a statistical latent space in computers, just as there is a cultural latent space in each of us. The prompt thus is indeed instrumental but does not start from nothing, its starting point is the metabolization of an indefinite cultural whole. I write this text to produce an image because I know, or I suppose, that the words I write exist in one way or another in the latent machine space. The point of meeting between these two quite different latent spaces is carried out by tra(ns)duction, unfaithful by definition, between the texts and the images. One cannot estimate that the prompt is the free will of a human agent giving instruction to the machines. This text is itself determined by a cultural anteriority. Therefore it constitutes a quotation of the same nature as the produced image which itself is a quotation of other images not by extraction and collage but by statistical compositionality. In this sense the prompt is a quotation produced by a metabolization of the past that realizes a possibility to come (an image that is not yet) and corresponds, in a different way and all in analogy, to the operation that is at work in an automatic and inductive latent space. It would thus be a question of studying the prompt as a quotation of a new type designating new historical and cultural modalities.

Au premier abord, il pourrait sembler que l’imagination artificielle est la consécration du postmodernisme. En effet, l’induction statistique compose une image à partir de millions d’images et pourrait être donc considérée comme une immense citation de « tout » ce qui a précédé. S’il faut relativiser cette totalité dans la mesure où le dataset n’est jamais total, il n’empêche que chaque image en contient beaucoup d’autres.

Or c’est précisément sur cette synthèse qu’il faut revenir afin de voir que la citation n’opère pas ici par extraction et sélection, comme dans la culture classique, mais par automatisation de la compositionnalité. Auparavant, une citation était extraite du fait de la volonté d’un individu ou d’un groupe d’individus. Par une telle sélection volontaire, on définissait une culture à transmettre et on discriminait entre le mémorable et l’oubliable. Aujourd’hui, on ne retrouvera pas dans les images de l’imagination artificielle un morceau d’une image passée, mais des milliers d’images synthétisées, de sorte que c’est comme une atmosphère (vibes) que l’on ressent plutôt qu’on ne peut repérer tel ou tel élément. Cette synthèse fait bien référence à la culture passée, mais pas par fragment, pas par collage, c’est une autre forme de compositionnalité qui est inductive, statistique et automatisée. Le choix n’est pas opéré par un être humain. On pourrait croire que le choix s’effectue par le datatset qui n’est pas neutre. C’est là un argument récurrent. Mais la constitution d’un dataset répond elle-même à une automatisation et à un travail humain qui s’applique sur une telle masse de documents que le travail devient machinique et pour ainsi dire inconscient. Il s’agit de traiter le plus grand nombre. Il s’agit moins de choisir que de remplir pour atteindre une masse critique de documents en permettant la mise en statistique. On se réfère bien à la culture passée, mais de manière indistincte, entrelacée, emmêlée, non reconnaissable, à la manière d’une Stimmung diffuse, on ne parvient plus à retrouver la trace du fragment d’origine, on peut simplement ressentir une référence flottante et globale, pour ainsi dire informe.

Ce n’est donc pas une nouvelle étape du postmodernisme, mais une poursuite et une intensification qui en change la nature quant aux procédures d’extraction, de synthèse, la méthode de production et le résultat esthétique pour les regardeurs dans le cas d’images. Ces derniers ont accès à une atmosphère d’époque plutôt qu’à des citations constitutives d’une sélection culturelle qu’il nous faut maintenant définir. Car une image artificielle pourra bien faire référence à une époque particulière, par le texte (prompt) qui la provoque, qui la génère mais on ne sera jamais sûr des images qu’elle utilise pour se produire, on n’aura pas de certitude sur leur appartenance historique. Cette incertitude sur la provenance et la nature des images, puisque finalement dans l’espace latent il n’y a plus d’images, mais des statistiques définissant des proximités, produit un nouveau sentiment historique qui traverse les époques de manière non chronologique. Si l’extraction de citations nous faisait ressentir toutes les étapes, nous plongeons maintenant dans une histoire sans époque, sans chronologie. L’histoire devient elle-même un espace latent où tout coexiste selon une structure proche de l’OOOO (ontologie orientée objet). L’espace latent est une mise à plat de toutes choses par double traduction : une première qui est la numérisation en codage binaire permettant la compatibilité de toutes les données entre elles, la seconde est la mise en statistique qui définit des relations entre ces objets. Ce sentiment historique n’est pas la nostalgie de telle ou telle époque passée, mais une confusion entre ces époques, confusion qui traverse le temps jusqu’au présent, jusqu’au futur. Tout se passe comme si cet espace latent nous faisait voir l’histoire du point de vue d’un observateur absent. Allons un pas de plus, cette Stimmung historique nous fait voir le passé du point de vue d’une espèce disparue s’offrant un monument à ce qu’elle a été. L’espace latent de l’induction statistique est le tombeau au cœur des pyramides infrastructurelles que nous allons laisser sur Terre.

La notion de postmodernisme n’est donc pas adaptée au cas qui nous préoccupe, car l’imagination artificielle produit un grand récit. C’est un grand récit qui est une grande mise à plat et qui est sans nous, tout du moins qui nous place dans cette (impossible) position de notre propre disparition et donc dans la perte de tout propre, de toute autoapparopriation et retour à soi. L’imagination artificielle récite notre disparition et fait de la répétition ressemblante de notre mémoire un artifice. La résurrection est une seconde fois artificielle, non pas le retour du même, mais le retour d’une différence qui a toujours été à l’œuvre anthropologiquement. Nous répétons par des dispositifs techniques qui sont des artifices. Répétons-le, depuis 30 ans, le Web est une entreprise utopique d’enregistrement de toutes nos traces existentielles dans des proportions telles qu’elles nous sont devenues inaccessibles, nous avons été ainsi expropriés de notre mémoire. Cet enregistrement massif a brouillé la division, fondatrice de la culture historique, entre l’anonyme et le singulier, le mémorisable et l’oubliable. Ce sont ces données qui aujourd’hui nourrissent l’imagination artificielle comme si l’étape du réseau avait été des prolégomènes à l’induction statistique. Les données ne sont plus des documents que l’on pourrait remonter à la surface, extraire et citer dans un nouveau document, dans une compilation, mais sont l’objet d’une métabolisation automatique servant de nourriture pour constituer un espace latent d’indifférence : celui-ci produit un air de ressemblance généralisé signant la victoire de l’artifice et de la ressemblance qui perd son origine. Le disréalisme permet de nommer cette atmosphère qui vient affecter nos différentes expériences du réalisme, ses conditions de production et de réception, qui mettent en circuit les données avec la répétition différentielle des statistiques.

Que devient la citation, ce fragment si important d’un point de vue culturel en tant que sa sélection permet de former une histoire, une communauté, une transmission, dans le contexte de ce nouveau réalisme ? On peut proposer que le prompt, cette instruction donnée à un logiciel afin de produire une image soit une forme de citation hyperstitionnelle. En effet, ce petit texte est écrit par un être humain non seulement au regard du résultat qu’il souhaite obtenir mais aussi parce qu’il a lui-même intégré dans son propre espace latent culturel toute une histoire. Il existe un espace latent statistique dans les ordinateurs, tout comme il existe un espace latent culturel en chacun d’entre nous. Le prompt ainsi est bien instrumental mais ne part pas de rien, son point de départ est la métabolisation d’un ensemble culturel indéfini. J’écris ce texte pour produire une image parce que je sais, où je suppose, que les mots que j’écris existent d’une façon ou d’une autre dans l’espace latent machinique. Le point de rencontre entre ces deux espaces latents bien différents s’effectue par tra(ns)duction, infidèle par définition, entre les textes et les images. On ne saurait estimer que le prompt est la volonté libre d’un agent humain donnant instruction aux machines. Ce texte est lui-même déterminé par une antériorité culturelle. Donc il constitue une citation de même nature que l’image produite qui elle-même est une citation d’autres images non par extraction et collage mais par compositionnalité statistiques. En ce sens le prompt est une citation produite par une métabolisation du passé qui réalise une possibilité à venir (une image qui n’est pas encore) et correspond, d’une manière différente et tout en analogie, à l’opération qui est à l’oeuvre dans un espace latent automatique et inductif. Il s’agirait donc d’étudier le prompt comme une citation d’un nouveau type désignant de nouvelles modalités historiques et culturelles.