Deep dream : le rêve du réseau

12366382_904440076271410_3052547832453111160_n

17/12/2015

Conference organized by Philippe Riss and Hypersalon, Paris in conjunction with the exhibition Co-Workers to be held at the Musee d’Art Moderne de la Ville de Paris.
With the support of DAD, the Digital Art Device.

In July 2015, Google released fantastical images of fish and dogs. Rapidly adopted by thousands of Internet users, the source code has seen the proliferation of these images where the machine is capable of pareidolia, i.e., it interprets wrongly what it sees as being something else. We look at these images with this in mind, trying to enact a regressive pareidolia as we seek out the original image that lies underneath. It is as if our dreams were nested within other dreams. We are unsure as to whether we are actors in our dreams or the objects of the dreams themselves. Can we even be sure that the Internet is a human creation? Does the network not capture and record our every move in databases to create a hallucinatory vision of the human world?

Conférence dans le cadre de l’exposition co-workers, organisé par Philippe Riss, Hypersalon, Paris au Musée d’art moderne de la ville de Paris.
Conférence soutenue par DAD, art device.

En juillet 2015, Google a diffusé des images hallucinants des chiens et des poissons. Rapidement adoptés par des milliers d’internautes, le code source a vu la multiplication de ces images où la machine est capable de pareidolia, en observant quelque chose elle voit autre chose. Nous regardons ces images et nous imaginons une pareidolia régressive, nous cherchons l’image qui est en dessous. Tout se passe comme si notre rêve était emboîté dans un autre rêve. Sommes-nous bien sûr d’être les acteurs de ce rêve ou n’en sommes-nous que les objets ? Sommes-nous certains qu’Internet est une production humaine ? Le réseau ne nous capture-t-il pas intégralement, enregistrant chacun de nos gestes dans des bases de données en vue d’halluciner le monde humain ?