Art and artificial imagination – Data Science Colloquium, ENS

March 25th, 2019, 12h00-13h00, room Salle Jean Jaurès, 29 rue d’Ulm (sous-sol).
Béatrice Prunel and Gregory Chatonsky (ENS)
Title: Art and artificial imagination
Abstract: Contemporary media are fascinated by the applications of neural networks in creation. They regularly highlight moments when artificial artistic productions have « deceived » humans and « replaced » artists. All this seems to confirm that AI would have conquered up to the last ramparts of humanity: interiority and creativity. The dialogue between an art historian, invested in the digital humanities, and an artist who is himself familiar with deep learning, invites us to change our perspective. A historical and materialistic approach makes it possible to better distinguish what is new in the apparent emergence of AI in the arts and to better grasp the implicit conception of art that develops there: the change of purpose of a new technique, which generates surprising results, is also a way of thwarting the assumptions of the contemporary economic system. It suggest criticism of it as much as it opens up new possibilities.

Grégory Chatonsky est un artiste franco-canadien dont le travail pour sur Internet et l’imagination artificielle. Il a participé à de nombreuses expositions en France, au Canada et à l’étranger dont France Electronique à Toulouse, Terre/mer/signal au Rua Red de Dublin, Imprimer le monde en 2017 au Centre Pompidou, Capture : Submersion en 2016 à Arts Santa Mònica Barcelone, La condition post-photographique à Montréal, Walkers: Hollywood afterlives in art en 2015 au Museum of the Moving Image de New York, Telofossils en 2013 au Musée d’art contemporain de Taipei, Erreur d’impression en 2012 au Jeu de Paume. Il a été en résidence à Abou Dhabi (2017), en Amazonie à Taluen (2017), Colab à Auckland (2016), Hangar à Barcelone (2016), IMAL (2015), Villa Kujoyama (2014), CdA Enghein-les-Bains (2013), MOCA Taipei (2012), 3331 Arts Chiyoda (2012), Xiyitang, Shanghai, (2011), Les Inclassables à Montréal (2003), Abbaye royale de Fontevraud (2002). Il a reçu le prix Audi Talents en 2018 et est résident à la Cité Internationale des Arts de Paris en 2019-2020. Il a fondé en 1994 Incident.net, l’un des premiers collectifs de Netart en France. Il a été professeur-invité au Fresnoy (2004-2005), à l’UQAM (2007-2014), aété récipiendaire d’une chaire internationale de recherche à l’Université de Paris VIII (2015) et poursuit ses recherches à l’Ecole normale supérieure de Paris. 
Béatrice Joyeux-Prunel est maître de conférences HDR en histoire de l’art contemporain à l’Ecole normale supérieure de Paris. Elle travaille sur l’histoire des arts dans une perspective mondiale, transnationale et sociologique, tout en coordonnant à l’ENS l’enseignement de l’histoire de l’art contemporain et des humanités numériques. Spécialiste de la mondialisation culturelle, elle s’intéresse également à l’histoire culturelle et visuelle du pétrole, et à l’imaginaire des technologies numériques. Béatrice Joyeux-Prunel a fondé et dirige le projet ARTL@S. Elle coordonne avec Grégory Chatonsky le projet Postdigital. Parmi ses publications : Les avant-gardes artistiques – une histoire transnationale 1848-1918, Paris, Gallimard Folio histoire (inédit poche), 2016 ; volume 2 (1918-1945), paru en 2017 ; et volume 3 (1945-1970), à paraître en 2019.