Revival : seconde première fois

Dans le catalogue d’exposition « Obscolescence Pop » commissariat Stéfanie Requin Tremblay.

« Cette époque n’a jamais eu lieu et vous le savez. Elle a été enregistrée et c’est pourquoi vous pouvez la revoir dans les vibrations magnétiques simulées. Mais ce n’est pas ce que nous avons vécu. C’était alors une production d’images simplement commerciales que quelques adolescentes sans goût adoraient. On ne pouvait pas imaginer que ce serait justement cela que vous choisiriez comme votre fantôme. Ce que vous faites revenir n’a jamais eu lieu. Pourtant la teinte de l’époque est bien là parce qu’elle se réalise après le coup du temps réel. Nous ne l’avons pas vécu et c’est vous qui la revivez, une première fois (…) »