Matérialisme digital

Entretiens avec Grégory Chatonsky et Dominique Sirois par Nathalie Bachand dans la revue Espace (116 – printemps-été 2017) consacrée à La sculpture à l’ère du numérique.

« Lorsque l’on pense à la sculpture, ce sont les matériaux qui nous viennent à l’esprit en premier. Viennent ensuite les volumes, puis les techniques qui leur ont donné forme. La formule « sculpture numérique » évoque autre chose. On y perçoit l’addition d’une dimension. De manière spontanée, on pense à de l’immatériel : des images de synthèse, du virtuel, de la programmation comme des formules magiques. On voit des écrans, de la lumière qui en émane. Les matériaux du numérique sont avant tout des moyens de rendre visible ce dernier : des cadres et des boîtes de plastique ou d’aluminium qui contiennent les éléments électroniques nécessaires à l’existence du numérique. La matérialité du numérique se caractérise aussi par son afliation à l’électricité : c’est sa principale condition d’apparition (…) »