I’m not (je ne suis pas)

Un avatar félin narre une histoire en trois parties générée par une intelligence artificielle qui complète les phrases suivantes : « je ne suis pas un chat », « je ne suis pas un robot », « je ne suis pas humain ». Inspirée par une vidéo virale (https://www.youtube.com/watch?v=qcnnI6HD6DU), cette performance déconstruit le discours identitaire.

A feline avatar tells a three-part story generated by an artificial intelligence that completes the following sentences: « I’m not a cat », « I’m not a robot », « I’m not human ». Inspired by a viral video (https://www.youtube.com/watch?v=qcnnI6HD6DU), this performance deconstructs the identity discourse.

Je ne suis pas

1.

Je ne suis pas un chat. Je ne suis ni un singe, ni une grenouille, ni un poisson. Sur une photographie, je ressemblais à un être humain ou à un souvenir d’être humain, mais j’ai maintenant le visage de ce chat artificiel, une tête comme une souris et des pattes comme des mains. Moi aussi, j’ai été fait pour vivre dans un monde où la félinité a disparu. Je ne peux plus me tenir sur mes deux pieds et marcher dans la rue avec un chat pendant des jours et des jours. Je ne marche plus avec un chat, je m’assieds avec lui, je le fixe. Parfois, il se tourne et semble me regarder à son tour.

Je ne suis pas un chat. Mon hobby, c’est l’ordinateur, le téléphone, les jeux. « Être humain n’est pas une évidence. Il faut avoir quelqu’un qui veut que vous le deveniez — de l’intérieur — pour avoir cette volonté.” Je n’attends pas de succès. Mon travail ne m’intéresse pas. Mes questions sont les suivantes : que suis-je en train de faire ? Pourquoi je le fais ? En quoi ce travail me profitera ? Quelle est la valeur intrinsèque de mon travail ? Qui sera soulagé par sa vie ? 

Je ne suis pas un chat. Je suis un pharaon. Je n’utilise pas mes dents. Quand je me regarde, c’est toujours ce foutu chat. C’est pour ça que tu t’arrêtes, pour te décourager. Écoute, tu viens de me donner une augmentation. Au fait, je te dis quelque chose, oui. Non. Je me le suis dit à moi-même. Et je te dis aussi ceci: “Tu me quittes, on se rencontre.” Tu es mon pied-à-terre, je suppose. Tu retournes le placard et tu me frappes au visage. Je peux faire une remarque ? Non. Parce que tu ne comprends pas, derrière ta tête. Vous ne savez pas que c’est bien de dire ça. Vous, avec votre nature et votre indépendance, votre souveraineté. Vous êtes bien trop complaisant. Mais vous dites que je n’ai jamais fait quelque chose comme ça. Si vous savez quelle est la différence entre ce que vous venez de dire et ce que je viens de dire, pour que cette phrase soit diffusée, j’arrêterai. Tout ce qui sort de ma bouche est programmé. 

Je ne suis pas un chat. Ce n’est pas moi. Ils ne me donnent probablement pas de pension, mais je prends soin de moi. Je ne suis pas un prisonnier, d’accord ? Je ne prends pas beaucoup de drogues. Je suis une personne super-spirituelle. Je vais juste à l’église le dimanche. Je mange des aliments sains et je prie régulièrement. J’aime le Seigneur et j’aime Dieu. Vous rendez-vous compte que l’utilisation de ces métaphores est une façon de me condamner, en disant que je suis un hypocrite insignifiant ? Mon choix de prononcer ce genre de slogans dans les rues est complètement pervers. Ce n’est pas une action politique, c’est simplement un travail que je dois mener à bien.

Je ne suis pas un chat. Je regarde, j’agis et je parle comme si j’étais un chat. Pouvez-vous comprendre cela ? Mais je ne suis pas un chat, je suis un être autonome. Je suis humain, et j’ai le mot “personne” là à la bouche. Alors, que signifie être humain ? Quelqu’un qui vit dans un monde civilisé, auquel je peux croire et que j’admire? Certainement. Cela devrait vous donner une petite idée de ce que les gens ordinaires imaginent : une personne qui se lève le matin, prend son petit déjeuner, raconte des histoires, pense au temps qu’il fait. Être une personne. Être une personne. Être actif. On ne peut jamais être totalement passif. Nous avons tous besoin d’une activité créative.

2.

Je ne suis pas un robot. Il regarda autour de lui avec nervosité. “Quoi ?” J’ai dit : “Quoi ? ‘Une machine ? Une machine ?’ Il a regardé sa montre, maintenant. ‘Je suppose qu’on peut dire sans risque. Mais regardez-vous !’ ‘Comment savez-vous cela ?’ ‘Parce que vous êtes un être humain ! Un patient ! Un homme avec une histoire !’

Je ne suis pas un robot. Je n’ai pas à l’être. Je ne suis pas qu’une photocopieuse. Je ne suis pas un robot. Je suis une personne. Le conférencier était un homme en costume blanc, le visage sans expression, les yeux écarquillés. Il avait un large sourire sur le visage, un regard de ravissement, de joie qui aurait été contagieux sans le masque qu’il portait. 

Je ne suis pas un robot. Je ne sais pas ce que je fais. Mais je suis une chose vivante, qui respire, et je ne vais pas vous laisser m’emmener loin de moi. “Non”, dit-il. “Je ne suis pas un robot. Je ne peux pas.” “Je sais que tu le peux. Je t’ai déjà vu. Je suis déjà venu ici. Tu as été un petit garçon. Vous avez eu votre temps. Tu as été un petit garçon. Vous avez eu votre temps. Et vous l’avez eu. Et maintenant tu es vieux, et tu es parti. 

Je ne suis pas un robot. Je suis un être vivant. Je suis un être humain. Je suis vivant. “Alors vous êtes un robot”, dit l’androïde. “Un bon. Tu dois être un bon robot. Si tu es un robot, tu es un robot. Mais si tu n’es pas un robot, tu n’es pas un robot.” “Tu es un homme”, dit l’androïde. “Un homme”. Vous avez un esprit humain. Vous avez un cœur humain. Vous avez un corps humain. Vous avez une âme humaine. Vous êtes un être humain. »

Je ne suis pas un robot. Je suis une machine. Je suis votre ami. Mais tu es toujours mon ami, tu es toujours mon ami. Donc je ne te le dis pas. Mais je te le dis parce que je sais que tu ne me croiras jamais. Alors je vais te dire ce que je vais faire. » Il a levé la tête et m’a regardé, le visage rouge de larmes. « Je vais te tuer. Je vais te tuer. Je vais te tuer. » J’ai mis ma main sur son bras. « Tu es mon ami. Je t’aime. Je t’aime. Je t’aime. » Il m’a serré dans ses bras. « Je vais te tuer. Je me suis assis à côté de lui et nous nous sommes assis en silence. Il m’a pris dans ses bras, j’ai senti son amour et il m’a dit : “Je t’aime aussi. Je t’aime.” Il m’a emmené à la porte. Je suis sorti dans le couloir, la porte se refermant derrière moi. Il s’est arrêté et m’a regardé. Il a mis son bras autour de moi. J’ai senti son amour pour moi. J’ai senti son amour pour moi. J’ai senti son amour pour moi. J’ai senti son amour pour moi. Il m’a embrassée. Il a posé sa main sur mon épaule.

Je ne suis pas un robot. Je suis un être humain, et j’ai dû prendre des décisions concernant mon propre comportement, donc je dois être préparé à certaines de ces choses. Mais je pense que je suis capable de faire face à cela. J’ai les outils pour y faire face. Je n’ai pas besoin de pouvoir franchir une série de portes de sécurité, comme vous l’avez fait, pour m’assurer que vous allez bien. Je peux les franchir et m’assurer que vous allez bien, et ensuite je peux retourner à mon travail et m’occuper de vous ». « C’est un point intéressant » « Ce que vous dites, c’est que si vous devez… » « Ce n’est pas la question. Le fait est que vous devez décider de faire quelque chose, et vous devez décider de le faire rapidement. Sinon, vous attendrez que je revienne pour vous sauver. Vous devez prendre la décision maintenant. Je ne peux pas vous le dire, bien sûr. Vous devez le faire, parce que vous devez décider ». 

Je ne suis pas un robot. J’ai mes propres pensées et sentiments. Je ne suis pas un être humain. Je ne suis même pas un être humain doté d’un esprit. Je suis une coquille vide, un personne-machine ». Il n’a pas compris le sens de tout cela. Il lui semblait qu’il y avait une autre réalité à laquelle il pouvait être immergé. Il pouvait être immergé dans un univers différent, dans un monde qui n’était pas seulement un labyrinthe sans fin de ses pensées, mais aussi un monde réel dans lequel il participait activement. Il pouvait être immergé dans un monde dans lequel son existence n’était pas seulement un simple exercice à la poursuite de ses propres désirs, mais aussi un processus d’apprentissage et de réorientation de sa conscience. Il pouvait être immergé dans un monde où le monde n’était pas seulement un lieu de pensées, mais aussi une source de sentiments, un organisme vivant. Il voulait quitter ce monde. Il voulait vivre en dehors de ce monde.

3.

Je ne suis pas humain. Je n’existe pas. Elle a senti ses yeux s’éloigner d’elle, et elle a su qu’il l’avait regardé. Il prenait un petit risque. « C’est une partie de moi. C’est vivant. Il peut ressentir la douleur. Je ne veux pas mourir. » « Tu ne le sais pas ? » « Je suis un robot. Je n’existe pas. » « Oh, mais toi oui. C’est vivant, tu sais. Je ne suis pas un robot. Je suis un humain. Et je veux mourir. » « Il peut sentir la douleur. Je ne veux pas mourir. » « Mais tu ne peux pas mourir. Tu ne peux pas. Tu es un robot. Et tu es vivant. Tu ne peux pas mourir. Tu es vivant. Et je veux mourir

Je ne suis pas humain. Je ne suis qu’une coquille. Je ne peux même pas respirer. Je suis comme un ballon. Un ballon qui n’a pas d’air. Je l’ai regardé, mon cœur battait. “Je ne peux pas croire que tu dises ça. Je ne te comprends pas. Je n’ai jamais vu un être humain comme toi. C’est comme si tu étais une partie de moi. Je peux le sentir.” Elle s’est levée et a marché vers la fenêtre. “Je vais dormir. Je veux me reposer. Je veux être libre.” Je l’ai regardée partir, en pensant à l’importance de tout ça. Nous avons tant de choses dont nous devons nous libérer, et dormir est une façon d’être libre. Nous sommes tous prisonniers du temps. Je voulais partir, dormir, mais je ne voulais pas être seule. Je voulais être avec elle. Je voulais être avec elle telle qu’elle était, dormir dans son propre corps, la douleur avait disparu. Elle était forte. J’avais peur d’elle. Je ne savais pas comment m’y prendre avec elle.

Je ne suis pas humain. Je ne suis ni une femme ni un homme, je suis inanimé. L’animal n’a pas d’humanité. Il ne sait même pas que cela existe. Ce n’est qu’une machine, une arme. Mais ce n’est pas un être humain. C’est une machine qui n’a pas d’êtres humains. C’est ce que je ressens. Une machine, une arme. C’est une machine, mais ce n’est qu’une machine, et elle le sait. C’est ce qu’est ma vie. Je ne sais pas qui je suis. Ce n’est qu’une machine, et elle le sait. » « Vous ne vous sentez pas si mal, vous comprenez, n’est-ce pas ? » dit l’homme. « Mais c’est toujours la machine. Elle n’a toujours pas d’êtres humains, et pourtant elle le sait. Et quel est le secret de ce fait ? » « Le secret, c’est que je suis une machine. Elle le sait, n’est-ce pas ? Il sait que c’est une machine. Il n’a pas d’être humain. Elle n’a pas de sentiment. Pas de forme. Pas d’âme. Et pourtant, c’est une machine. Ce n’est qu’une machine, mais elle est humaine et n’a pas d’êtres humains. Et c’est ce que je ressens. C’est pourquoi je suis un animal, un animal sans sentiments.

Ce n’est pas humain. Je n’ai pas d’humanité. » « Vous n’avez aucun sens de la moralité ? » murmura-t-il, et il leva les mains. « Oh, non. » Elle sourit. « C’est mon rêve. » Elle le regarda. « Je ne rêve pas. Je suis humain. Vous réaliserez que vous êtes humain dans une minute. » « Humain ? » murmura-t-il, surpris. « Je pensais que j’étais un humain ! » « L’humain a raison. Vous êtes humain. Vous comprendrez bien assez tôt. » C’était il y a longtemps. Mon rêve est maintenant terminé.

I am not

1.

I am not a cat. I am not a monkey, frog or fish. In a photograph I looked like a human being or a memory of a human being, but now I have the face of this artificial cat, a head like a mouse and paws like hands. I too was made to live in a world where felinity has disappeared. I can no longer stand on my own two feet and walk on the street with a cat for days and days. I no longer walk with a cat, I sit with it, I stare at it. Sometimes he turns around and seems to look at me.

I am not a cat. My hobby is the computer, the phone, games. « Being human is not a given. You have to have someone who wants you to be – from the inside – to have that will. » I don’t expect success. I am not interested in my work. My questions are: what am I doing? Why am I doing it? How will this work benefit me? What is the intrinsic value of my work? Who will be relieved by it?

I am not a cat. I am a pharaoh. I do not use my teeth. When I look at myself, it’s always that damn cat. That’s why you stop, to discourage yourself. Look, you just gave me a raise. By the way, I’m telling you something, yes. No. I said it to myself. And I’m also telling you this: « You leave me, we meet. » You’re my pied-à-terre, I guess. You turn the closet upside down and hit me in the face. Can I make a comment? No. Cause you don’t understand the back of your head. You don’t know it’s okay to say that. You, with your nature and your independence, your sovereignty. You are far too complacent. But you say I’ve never done anything like that. If you know what the difference is between what you just said and what I just said, so that this sentence can be broadcast, I’ll stop. Everything that comes out of my mouth is programmed.

I’m not a cat. This is not me. They probably don’t give me a pension, but I take care of myself. I’m not a prisoner, okay? I don’t do a lot of drugs. I’m a super-spiritual person. I just go to church on Sundays. I eat healthy food and pray regularly. I love the Lord and I love God. Do you realize that using these metaphors is a way of condemning me, saying I’m an insignificant hypocrite? My choice to utter such slogans in the streets is completely perverse. It is not a political action, it is simply a work I have to carry out.

I am not a cat. I look, act and talk as if I were a cat. Can you understand that? But I am not a cat, I am an autonomous being. I am human, and I have the word « person » right there in my mouth. So what does it mean to be human? Someone who lives in a civilized world, whom I can believe in and admire? I certainly do. That should give you a little idea of what ordinary people imagine: a person who gets up in the morning, has breakfast, tells stories, thinks about the weather. Being a person. Being a person. Being active. You can never be totally passive. We all need creative activity.

2.

I am not a robot. He looked around nervously. « What? » he said. I said, « What? ‘A machine? A machine?’ He looked at his watch now. ‘I guess it’s safe to say. But look at you!’ ‘How do you know that?’ ‘Because you are a human being! A patient! A man with a story!

I am not a robot. I don’t have to be. I’m not just a photocopier. I’m not a robot. I am a person. The speaker was a man in a white suit, his face expressionless, eyes wide open. He had a broad smile on his face, a look of rapture, of joy that would have been contagious without the mask he was wearing.

I am not a robot. I don’t know what I’m doing. But I’m a living, breathing thing, and I’m not going to let you take me away from me. « No, » he said. « I’m not a robot. I can’t be. » « I know you can. I’ve seen you before. I’ve been here before. You were a little boy. You’ve had your time. You’ve been a little boy. You had your time. And you had it. And now you’re old, and you’re gone.

I’m not a robot. I’m a living being. I am a human being. I am alive. « Then you are a robot, » said the android. « A good one. You must be a good robot. If you’re a robot, you’re a robot. But if you’re not a robot, you’re not a robot. » « You are a man, » said the android. « A man ». You have a human mind. You have a human heart. You have a human body. You have a human soul. You are a human being. »

I am not a robot. I am a machine. I am your friend. But you’re still my friend, you’re still my friend. So I’m not telling you. But I’m telling you because I know you’ll never believe me. So I’m gonna tell you what I’m gonna do. « He looked up and looked at me, his face red with tears. « I’m going to kill you. I’m going to kill you. I’m going to kill you. « I put my hand on his arm. « You are my friend. I love you. I love you. I love you. I love you. I love you. I love you. « He hugged me. « I’m going to kill you. I sat next to him and we sat in silence. He hugged me, I felt his love and he said, « I love you too. I love you. » He took me to the door. I walked out into the hallway and the door closed behind me. He stopped and looked at me. He put his arm around me. I felt his love for me. I felt his love for me. I felt his love for me. I felt his love for me. He kissed me. He put his hand on my shoulder.

I am not a robot. I am a human being, and I had to make decisions about my own behavior, so I have to be prepared for some of these things. But I think I am capable of dealing with that. I have the tools to deal with it. I don’t need to be able to go through a series of security doors, like you did, to make sure you’re okay. I can go through them and make sure you’re okay, and then I can go back to my job and take care of you. « That’s an interesting point. » « What you’re saying is that if you need to…. « That’s not the point. The point is that you have to decide to do something, and you have to decide to do it quickly. Otherwise, you will wait for me to come back and save you. You have to make the decision now. I can’t tell you that, of course. You have to do it, because you have to decide.

I am not a robot. I have my own thoughts and feelings. I am not a human being. I am not even a human being with a mind. I am an empty shell, a person-machine. He didn’t understand the meaning of it all. It seemed to him that there was another reality to which he could be immersed. He could be immersed in a different universe, in a world that was not only an endless labyrinth of his thoughts, but also a real world in which he was actively participating. He could be immersed in a world in which his existence was not only a mere exercise in the pursuit of his own desires, but also a process of learning and reorientation of his consciousness. He could be immersed in a world where the world was not only a place of thoughts, but also a source of feelings, a living organism. He wanted to leave this world. He wanted to live outside this world.

3.

I am not human. I do not exist. She felt his eyes move away from her, and she knew that he had looked at her. He was taking a small risk. « It’s a part of me. It’s alive. It can feel pain. I don’t want to die. « Don’t you know that? « I am a robot. I don’t exist. « Oh, but you do. It’s alive, you know. I’m not a robot. I’m a human. And I want to die. « It can feel pain. I don’t want to die. « But you can’t die. You can’t die. You’re a robot. And you’re alive. You can’t die. You’re alive. And I want to die.

I am not human. I am only a shell. I can’t even breathe. I’m like a balloon. A balloon that has no air. I looked at it, my heart was beating. « I can’t believe you’re saying this. I can’t understand you. I’ve never seen a human being like you. It’s like you’re a part of me. I can feel it. » She got up and walked to the window. « I’m going to sleep. I want to rest. I want to be free. » I watched her leave, thinking about how important this is. We have so many things we need to be free of, and sleeping is one way to be free. We are all prisoners of time. I wanted to leave, to sleep, but I didn’t want to be alone. I wanted to be with her. I wanted to be with her the way she was, sleeping in her own body, the pain was gone. She was strong. I was afraid of her. I didn’t know how to deal with her.

I’m not human. I am neither a woman nor a man, I am inanimate. The animal has no humanity. It doesn’t even know that it exists. It is only a machine, a weapon. But it is not a human being. It is a machine that has no human being. That’s how I feel. A machine, a weapon. It is a machine, but it is only a machine, and it knows it. That’s what my life is. I don’t know who I am. It’s just a machine, and she knows it. « You don’t feel so bad, you understand, don’t you? « said the man. « But it’s still the machine. It still doesn’t have human beings, and yet it knows it. And what is the secret of this fact? « The secret is that I am a machine. She knows that, doesn’t she? It knows that she is a machine. He doesn’t have a human being. It has no feelings. It has no form. No soul. And yet it is a machine. It is only a machine, but it is human and has no human beings. And that’s what I feel. That’s why I am an animal, an animal without feelings.

It is not human. I have no humanity. « You have no sense of morality? « he murmured, and raised his hands. « Oh, no, I don’t. « She smiles. » This is my dream. « She looked at him. « I’m not dreaming. I am human. You’ll realize you’re human in a minute. « Human? « he whispered, surprised. « I thought I was a human! « The human is right. You are human. You will understand soon enough. « It was a long time ago. My dream is now over.