L’imagination de l’imagination artificielle

https://www.youtube.com/watch?v=m8DUSNPVDPQ?t=37m50s

Dans le cadre Colloque l’invention littéraire de médias – Narrer le contemporain
Ce colloques est organisé par la Chaire de recherche du Canada en études cinématographiques et médiatiques en collaboration avec la Chaire de recherche du Canada en écriture numériques et le GRAFICS avec l’appui de la Cinémathèque québécoise, du Fonds de recherche du Québec : société et culture ainsi que de la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Montréal.

Peut-être nous laissons-nous piéger par l’idéologie de l’instrumentalité qui semble revêtir chaque chose d’un voile parce qu’elle constitue, par une causalité construite, les relations entre les objets qui ouvrent l’horizon de notre monde. Se débarrasser de la lecture instrumentale des technologies est aussi urgent que difficile parce qu’il ne s’agit pas là d’une conception parmi d’autres conceptions, mais peut-être d’une de celles qui constituent le monde en tant que monde dans sa possibilité même.

J’aimerais vous proposer d’approcher une technologie qui est en train de structurer le monde en train de naître et de mourir, comme dans un récit wagnérien, non pas selon son usage et selon les bénéfices ou les désavantages que nous pourrions en tirer, mais comme un récit capable d’invoquer en chacun d’entre nous des images. Cette technologie n’est pas particulière, en tout cas pas au sens strict, elle se répand de plus en plus non seulement dans notre réalité quotidienne, mais aussi dans les discours médiatiques qui structurent encore pour une part notre appréhension au monde.

Il s’agit de l’intelligence artificielle que je proposerai dès à présent de remplacer, pour des raisons que j’expliquerai par la suite, par la notion d’imagination artificielle. (…)