Exosensibilité : comme du dehors – Le sensible artificiel – Paris VIII

UNE FELURE TRANSCENDANTALE
LOOPING IDENTITES
INFINITUDE
L’ARTIFICE SENSIBLE


Du 27 juin 2018 au 28 juin 2018
Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord
Journées d’études “Le sensible artificiel”, les 27 et 28 juin 2018

MSH-Nord, Salle 401 – 20 avenue George Sand – 93210 La Plaine Saint-Denis

Organisé par Pierre Cassou-Noguès, Arnaud Regnauld, François-David Sebbah, Gabriel Tremblay-Gaudette et Gwenola Wagon.

Comment la technologie modifie-t-elle le sensible ? La question certes n’est pas nouvelle. Au début de sa Dioptrique, Descartes disait du bâton avec lequel un aveugle repère les obstacles sur sa route qu’il fait voir avec les mains, ou qu’il est organe d’une sorte de sixième sens. Le bâton, résultat d’une technologie rudimentaire, incorporée par l’habitude, donne lieu à un toucher à distance, un sens donc qui tient de la vision par cette distance, se rattache au toucher par ses contenus, et ne se confond finalement ni avec la vision, ni avec le toucher. Il faut évidemment de l’habitude pour faire de ce bâton un organe que l’on utilise sans y penser. Mais cette technologie incorporée modifie donc la structure du sensible, dans l’ambiguïté du mot sensible, la structure de ce qui est senti, puisque les textures apparaissent à distance, et la structure corporel du sujet sentant qui se trouve disposer de nouveaux organes.

Cet atelier a pour but d’étudier les transformations du sensible dans les technologies contemporaines, aussi bien les transformations du corps sensible que celles du monde sensible. Plusieurs thèmes nous intéressent particulièrement.

Du côté du corps sensible. Par exemple, comment, ou dans quelle mesure, ou à quelles conditions, peut s’incorporer la technologie, pour n’être plus vécue comme une addition extérieure, étrangère, mais bien comme un organe ?

Du côté du monde sensible. Par exemple, comment la technologie permet-elle de rendre sensible des éléments qui nous échappent à nos sens usuels, et comment alors se modifie, ou non, la structure même du monde perçu ? Ou encore la technologie, dans les jeux vidéo, ou les dispositifs immersifs, peut-elle rendre sensibles des mondes d’une structure fondamentalement différente de notre monde usuel ?

Quels sont les sens mobilisés dans cette transformation de la sensibilité ? Particulièrement, quels sont les rôles de l’ouïe, du toucher ou du sens kinesthésique ? Dans les usages possibles de cette transformation de la sensibilité. Par exemple, quelles sont les conséquences de cette transformation de la sensibilité dans un contexte scientifique, le laboratoire, ou l’exploration spatiale ? Ou comment peut-elle être utilisée dans un contexte militaire, ou policier, pour la surveillance des individus ? Dans l’imaginaire associé à cette sensibilité artificielle. Quelle peut être l’utilisation artistique de ces sensibilités artificielles ? Comment la fiction littéraire peut-elle l’envisager, en rendre compte ou imaginer des dispositifs techniquement irréalisables ?


Mercredi 27 juin

10h00 : Accueil des participants

Séance 1 : (Président de séance : Gabriel Tremblay-Gaudette)

10h30: Marie Baudoin : Modulations d’une perception 3.0 dans Void Star de Zachary Mason

11h10: Bruno Trentini : Expériences esthétiques et vertige : reconfiguration artificielle d’un sensible naturel

11h50 : Dominique Peysson : Machines organiques

12h30 : Déjeuner

Séance 2 : (président de séance : Arnaud Regnauld)

13h45 : Pierre-Damien Huygue : Technique et sentiment

14h25 : Nara Yoon : Jouer dans la boîte noire : le projet 48657861648263696D616C (Hexadécimal)

15h05 : Pause

Séance 3 : (président de séance : Arnaud Regnauld)

15h25 : Pierre-Louis Patoine : Écologies de la fantasy : vers une sensibilité improductive

16h05 : Gabriel Tremblay-Gaudette : Immersion affective dans le botanisme artificiel. Viridi à l’écran et près de la fenêtre

17h : Clôture de la première journée

Jeudi 28 Juin

9h15 : Accueil des participants

Séance 1 : (Président de séance : François-David Sebbah)

9h30 : Clothilde Roullier : Promenade au Salon, à la croisée de la technique et de la compétence du chercheur

10h10 : Grégory Chatonsky : L’exo-sensibilité : comme du dehors

10h50 : Pause

Séance 2 : (président de séance : François-David Sebbah)

11h10 : Mathias Fuchs : I am Dead. Perception and mauvaise foi in Gaming.

11h50 : Conrad Hamilton : The Trouble With Technics: Bernard Stiegler and the « Organological »

12h30 : Déjeuner

Séance 3 : (Président de séance : Pierre Cassou-Noguès)

13h45 : Claire Larsonneur : Voir à la place de

14h25 : Audrey Hérisson : Le cyberespace : le sens d’un nouveau monde

15h05 : Pause

Séance 4 : (Président de séance : Pierre Cassou-Noguès)

15h25 : Benjamin Norguet : En quête d’une véritable réalité virtuelle

16h05 : Marlène Puccini : Dialectiques. Espace réel, Espace virtuel et Espace perçu

17h00 : Fin des journées d’études